Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur pour les entreprises de l'Indre
0

Le B-A se régénère

Cet été, la ligne historique reliant la Sologne au Berry est à l’arrêt pour la bonne cause. Il en sera de même en juillet et août 2024, pour permettre la réalisation d’un gros chantier de régénération de cette singulière voie métrique. Un investissement de 8,8 M€ pour la Région Centre-Val de Loire, l’autorité organisatrice de transports, qui souhaite à la fois pérenniser cette desserte fine des territoires ruraux pour les quinze prochaines années et ouvrir une offre étoffée en plus de celle proposée aux scolaires, qui composent à ce jour plus de 85 % de la clientèle entre Valençay et Salbris.
Chantier de régénération ligne Le Blanc-Argent
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Jeudi 13 juillet 2023

Depuis un peu plus de 120 ans, les trains sillonnent tranquillement la campagne entre Berry et Sologne. Si les points de départ et d’arrivée originels (Le Blanc et Argent-sur-Sauldre) ne sont plus desservies depuis longtemps, il n’en reste pas moins que Le BA (qui reprenait les initiales de ces deux villes) remplit encore chaque jour sa mission de transporter des voyageurs entre Valençay et Salbris, essentiellement des scolaires qui se rendent au lycée de Romorantin. Cette voie métrique* dont les rails ont été changés en 2012 permet ainsi à environ 250 000 usagers par an de se déplacer entre Indre et Loir-et-Cher, et même de trouver une correspondance avec les trains Intercités de la ligne POLT. « Nous avons retrouvé et même dépassé la fréquentation d’avant Covid, avec des objectifs de recettes 2022 atteints et même dépassés, annonce Emmanuel Créhalet, directeur de la Compagnie du Blanc-Argent, qui dépend de l’opérateur Keolis. Depuis avril où nous avons modifié légèrement les horaires pour faciliter les correspondances avec les grandes lignes qui passent à Salbris, nous nous rendons compte d’un nouvel accroissement de la fréquentation. »

Ouvriers sur chantier du BA

 

Développer de nouveaux usages

Ces nouveaux usagers, qui se rendent au travail ou qui veulent aller à Paris par le train en partant du nord du Berry, la Région Centre-Val de Loire veut en attirer plus et adapter son offre en conséquence. « Nous souhaitons développer de nouveaux services. On ne peut se contenter de ne faire que du transport scolaire ou de la vision romantique du petit train touristique. Cela ne suffit plus. Le B-A doit être une vitrine du changement des services de cette partie du département de l’Indre. Il faut relancer la dynamique et développer l’offre de services, en toute période de l’année, à destination d’un public plus large » avertit Philippe Fournié, vice-président de la Région délégué aux Transports.

 

« Nous sommes la seule région de France à avoir autant investi dans le cadre de la convention TER avec l’État pour régénérer les petites lignes, les « dessertes fines » des territoires ruraux pour rééquilibrer les forces entre l’urbain, le péri-urbain et le monde rural. Ces petites lignes, tout comme les lignes de fret dites capillaires, sont très importantes parce qu’elles irriguent notre économie locale. Notre région est aussi la seule à n’avoir fermé aucune ligne ni aucun guichet. L’opération qui est menée cet été et l’été prochain de régénération du B-A est ainsi l’occasion d’une montée en gamme. » Le Conseil régional a investi pour celle-ci 8,8 M€, « un vrai choix financier pour redonner espoir aux territoires ruraux par rapport aux grands espaces métropolitains ».

 

Un chantier en deux temps

 

Depuis la mi-juin et jusqu’au 25 août, pour le compte de SNCF Réseau, les équipes de SFERIS/LEYFA, et d’Aloe Construzioni (spécialiste italien de la voie métrique), soit une trentaine d’ouvriers et de chefs d’équipe, procèdent au remplacement du ballast et des traverses sur environ 5 km entre Chabris et Valençay, au remplacement de 850 mètres de berlinoises en bois par de nouvelles en béton et au renouvellement complet de 650 mètres de voie (rails, traverses et ballast) dans les zones de gare, à savoir Romorantin, Pruniers, Chabris (où se situe le poste de commandement) et Valençay (où sont stockées et rénovées les plateformes de 18 m de rails et traverses).

 

Stockage rails et traverse chantier du BA

L'année prochaine, 3 km de ballast et de traverses seront changés, tandis que le passage à niveau n°315bis de Loreux sera refait et que le renouvellement complet de la voie interviendra dans les zones de gare de Villeherviers et  Selles-Saint-Denis.

 

« Nous avons fait le choix de réaliser ces travaux en été pour ne pas impacter l’activité de desserte des collèges et des lycées, précise Francesca Aceto, directrice territoriale SNCF Réseau, maître d’ouvrage et maître d’œuvre générale des travaux. C’est pourquoi nous avons scindé notre chantier en deux étapes, la première sur la partie sud (Romorantin-Valençay) cette année, la seconde sur la partie nord (Romorantin-Salbris) en juillet-août 2024. Ce chantier permettra de pérenniser cette ligne pour les quinze prochaines années. » Toutes les précautions environnementales ont été prises pour mener ces travaux, avec des études faites sur une zone de 50 mètres de part et d’autre de la voie. Le ballast (6 000 tonnes) a été testé et déclaré non pollué, tandis que les traverses usagées (soit environ 60 % du total) seront envoyées dans une filière agréée pour être traitées et valorisées… en charbon de bois !

 

À terme, après le passage de la bourreuse qui assurera la bonne géométrie de la voie, les quatre trains neufs, achetés par la Région pour mise à disposition de l’opérateur, pourront cheminer en toute sécurité à une vitesse de croisière de 70 km/h et répondre ainsi aux exigences d’aménagement du territoire espérée par les élus régionaux.

 

 

 * L’écartement des rails est d’un mètre, une des cinq du genre à être exploitées en France avec les Chemins de fer de la Corse, les Chemins de fer de Provence, la Ligne de Cerdane (le fameux « Train jaune ») et le Mont-Blanc Express. Ces voies rares représentent 720 km au total, soit à peine 3 % du réseau ferré national.

** Également appelées ribaudières, il s’agit des éléments qui maintiennent le ballast de part et d’autre des rails.

Dernières actualités