Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur pour les entreprises de l'Indre
0

Grâce à Scalis, La Berrichonne Football bientôt à domicile

Projet d’envergure pour le club de football phare du Berry, le nouveau siège, qui abritera également le centre de formation et le centre d’entraînement, a été inauguré en grandes pompes le 30 mars dernier. On doit cette réalisation à Scalis-Polylogis, le bailleur social démontrant ainsi son savoir-faire en termes de constructions de lieux de vie différents de ses réalisations habituelles.
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Mercredi 6 avril 2022

La Berrichonne Football a changé d’échelle, notamment depuis son rachat par le Groupe United World l’an passé. Dans la lignée de cette nouvelle stature, le club castelroussin va prochainement bénéficier de nouveaux locaux plus conformes à ses nouvelles ambitions nationales.

Son projet d’un nouveau siège social, abritant à la fois son centre de formation des apprentis footballeurs et le centre d’entraînement des professionnels, n’est pourtant pas si récent. Bruno Allègre, directeur sportif des Bleu & Rouge, l’avait déjà imaginé depuis longtemps. L’objectif était clair pour l’équipe dirigeante de l’époque, dont faisaient alors partie Thierry Schoen et Thierry Sanselme aux côtés de Michel Denisot, l’actuel président : il fallait rapprocher le club de sa ville en regroupant trois entités dispersées sur trois sites différents.

Nouveau siège - centre de formation - centre d'entraînement de La Berrichonne Football
Le bâtiment de 2770 m² sera pleinement opérationnel pour la saison 2022-2023.​​​​​

 

Jusqu’alors, le Centre de formation et le centre d’entraînement se trouvaient à la Tremblère, sur la commune d’Arthon à une quinzaine de kilomètres de la préfecture de l’Indre, et le siège social – à la configuration vieillissante – au stade Claude-Jamet allée Beaumarchais à Châteauroux, la boutique se trouvant elle au pied du stade Gaston-Petit.

Pour renforcer son identité castelroussine, le club a donc fait le choix d’investir un peu plus de 3,4 M€ HT pour réunir toutes ses forces vives aux abords de son aire de jeu des grands soirs. Pour Michel Denisot, la construction de ce bâtiment le long de l’avenue de La Châtre, sur l’ancien terrain d’athlétisme qui était presque à l’abandon, a été l’une des raisons pour lesquelles le groupe saoudien s’est porté acquéreur de La Berri : « Ce nouveau siège est une belle réussite qui s’inscrit dans le développement du club. Lorsqu’ils sont venus la première fois à Châteauroux, les émissaires du prince saoudien Abdallah bin Mosaad ont été vraiment séduits par les esquisses qu’on leur a présentées. Depuis le rachat du club, United World a investi 500 k€ pour aménager ces locaux qui vont souder les différentes parties du club éparpillées jusqu’ici. Cette grande maison blanche marque d’une pierre blanche la longue histoire du club. »

Couper de ruban par Michel Denisot (au centre), Gil Avérous (à gauche) et Alain Chevolleau (à droite)
Gil Avérous, Michel Denisot et Alain Chevolleau ont coupé le ruban officiel.

 

Scalis-Polylogis en meneur de jeu surprise

 

Si l’on doit les plans à l’architecte angevin Jean-François Thellier, c’est un acteur local un peu surprenant qui a orchestré cette construction réalisée par des entreprises à 90 % locales elles aussi.

 

C’est en effet le bailleur social qui s’est vu confier la réalisation de ce chantier débuté en juin 2020, et qui fut de fait quelque peu contrarié par la crise sanitaire. « Alors que je n’étais que remplaçant fin 2019, le sélectionneur Gil Avérous m’a demandé de rentrer sur le terrain pour prendre la place du titulaire pressenti de ce chantier » a avoué Alain Chevolleau, directeur de Scalis-Polylogis, en filant la métaphore footballistique.

 

À ceux qui se posaient la question de savoir pourquoi Scalis s’était lancé dans ce projet à première vue bien loin de son cœur de métier (le logement social), Alain Chevolleau a rapidement opposé ses arguments : « Scalis avait l’occasion de démontrer sa capacité à construire un cadre de vie différent, à donner corps à un concept, à une vision. Ce bâtiment, qui est modulable et évolutif dans l’avenir en fonction des besoins, est la preuve que l’on peut faire appel à nous pour créer ex-nihilo des projets où le bien-vivre ensemble est la priorité. »

 

Le Maire de Châteauroux, Gil Avérous, s’est félicité de ce « projet essentiel pour le club qui l’est également pour la Ville, parce que ça nous permettait de réaménager complètement le quartier autour du stade Gaston-Petit et de régénérer l'ancien stade d'athlétisme ». La Ville de Châteauroux a ainsi cédé son terrain à l'opérateur Scalis via un bail emphytéotique de 50 ans, La Berrichonne étant locataire du site pour 30 ans.  Au cas où le club viendrait à perdre son statut professionnel et n'aurait donc plus de centre de formation, le bâtiment serait racheté par la Ville, qui se porte garant.

Une des chambres 4 couchages du futur centre de formation de La Berrichonne Football
Les 20 chambres 4 couchages du futur centre de formation n'attendent plus que leurs occupants.

 

 

La modularité du bâtiment permettrait de le transformer, si besoin, en hôtel. Il faut dire qu’avec ses 40 chambres pour le couchage de 60 jeunes (20 chambres doubles, 20 chambres de 4 lits), sa partie administrative, son vestiaire 30 places, son espace balnéo, sa grande salle de presse et ses salles détente et soins, le site de 2 270 m² se veut très accueillant.

 

La salle de fitness à destination de l'effectif pro et des jeunes

 

Quelle que soit l’issue de la saison en cours (La Berri est en lice pour les barrages d’accession à la montée en Ligue 2 à l’heure où ces lignes sont écrites), l’emménagement du club est prévu en juin. Le début de la saison 2022-2023, en L2 ou en National, marquera alors vraiment le début d’une nouvelle ère !

Dernières actualités