Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur pour les entreprises de l'Indre
0

Business Class PME, à fond de 5e

La 5e promotion du dispositif d’accompagnement et d’accélération des projets innovants des PME et PMI a touché à sa fin hier soir avec la soirée de clôture dans les locaux de la CCI. Les six entreprises impliquées y ont présenté des projets aboutis, après six mois de travail de fond selon les méthodes Lean start-up, à même de favoriser le développement de leurs activités.
Business Class PME promotion 5 diplômée
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez
Vendredi 17 novembre 2023

Après six mois d’ateliers collectifs, de coachings individuels, de rendez-vous plus ou moins informels entre participants, le grand moment des pitchs finaux était arrivé pour les six entreprises de la 5e promotion de Business Class PME. Une soirée de clôture bien préparée avec des pitchs à blanc répétés et affinés dans le courant de la journée en visioconférence avec Rodhène Popineau-Franquet, la responsable du pôle Innovation-Numérique The Place by CCI36 et initiatrice du dispositif en 2019.

Pour autant, le passage devant une assemblée attentive, constituée des partenaires de BCPME (Harmonie Mutuelle et Caisse d’Epargne Loire-Centre) et de récipiendaires des quatre premières promotions (Triométal, AMGI, SoAirTech, Métrovali, Midi Services, RBH Industrie), a suscité un peu de trac chez les intervenants venus présenter leurs projets d’avenir.

Six projets aussi divers que l’étaient d’ailleurs les horizons des six entreprises participantes : le Domaine de Poulaines, l’imprimerie Imprim’Lab, le supermarché Espace Bio, le chaudronnier Protec, l’entreprise de travaux sans tranchée IATST (voir article ici) et l’équipementier en briques réfractaires isolantes IFB Refractories.

Des projets aussi divers qu’intéressants

Grâce à BCPME, un dispositif qui a fait ses preuves depuis sa première édition en 2019 (et malgré des conditions chaotiques d’organisation en 2020 lors de la pandémie), les six dirigeants* ont ainsi pu être créatif et avoir le temps et le recul nécessaire sur leur activité pour polir un projet innovant et porteur de potentielles nouvelles affaires. L’objectif étant de sortir du lot dans leurs domaines d’activités respectifs et de capter de nouveaux clients, de nouveaux marchés et de développer leur chiffre d’affaires pour pérenniser leurs entreprises.

 

Ainsi, Valérie Esnault a évoqué les difficultés économiques rencontrées par son Domaine à Poulaines, un écrin de verdure magnifique ouvert au public individuel depuis 2015 et composé de jardins thématiques, d’un arboretum, de gîtes et de suites d’hôtes et d’espaces de convivialité (salon de thé…) malheureusement trop méconnu dans l’Indre, avant de dévoiler son souhait de diversifier son offre d’ouverture. Elle compte ainsi désormais se tourner vers les comités d’entreprises en proposant la privatisation des lieux pour des team buildings, des événements de fin d’année, des séminaires… « Le but est de sortir de la saisonnalité touristique, de pérenniser mon statut de chef d’entreprise en zone de de revitalisation rurale (ZRR) et également de continuer à jouer un rôle dans la biodiversité », conclut-elle.

BCPME Domaine de Poulaines

 

Gaëtan Favard, gérant d’Espace Bio à Châteauroux, a insisté sur une nouvelle façon de faire du commerce. « Mon magasin n’est pas un concept store, c’est un concept à part entière », explique-t-il. Mettant en avant plus de 12 000 références de produits biologiques, cosmétiques, diététiques et écoproduits depuis bientôt 30 ans, il a déjà franchi une première marche en déménageant son enseigne vers l’avenue de Verdun dans des locaux plus grands, plus accessibles et permettant une certaine diversification l’an passé. Son but désormais, c’est de « sauver une cinquantaine de personnes de l’isolement et des affres de la précarité sociale » en mettant en place un système de transports collectifs pour amener des « marginaux du monde » (personnes âgées, handicapées ou non, seules) vers le magasin pour leur permettre de manger bio (ce qui est bon pour le corps) et leur faire rencontrer d’autres personnes (ce qui est bon pour le moral). « J’ai assez donné dans le système de livraisons à domicile pour dire stop. Il faut recréer du lien social. Cela complètera ce que nous proposons déjà dans notre établissement, à savoir des ateliers cuisine, des initiations aux gestes écoresponsables et prochainement un restaurant à base de produits bio (en mars). »

 

Espace Bio s’apprête donc à faire l’acquisition d’un véhicule sept ou neuf places, électrique et accessible aux personnes en situation de handicap, pour desservir les quatorze communes de l’Agglomération castelroussine dans un premier temps. En cas de demande plus lointaine, le service nécessiterait le recrutement de conducteurs solidaires. « L’objectif est bien plus large que celle de développer l’activité du magasin. Il s’agit de donner du sens à ce qu’on fait, cette idée n’étant pas la propriété intellectuelle d’Espace Bio », termine Gaëtan Favard.

BCPME Espace Bio

Pour Patrick Ferrand, dont l’entreprise IATST s’est fait pour spécialité les travaux publics par forage sans tranchée grâce à de nombreuses machines qu’il a lui-même imaginées et fabriquées, le projet de développement consiste à créer un réseau de franchisés un peu partout en France et en Europe. Pour la PME basée à Montipouret, l’enjeu est double : il s’agit de se faire (re)connaître du plus grand nombre de collectivités ordonnatrices de travaux et de faire (re)découvrir les bienfaits de cette technique qui est à la fois plus économique pour les pouvoirs publics (tout en évitant les désagréments de longs chantiers sur le chiffre d’affaires des commerces d’une rue éventrée) et plus écologique (les travaux durant moins longtemps, les engins de chantier rejettent moins de gaz à effet de serre).

BCPME IATST

 

Même visée écologique pour IFB Refractories, l’équipementier historique en briques réfractaires isolantes installé à Buzançais, qui veut mettre en avant ses productions vertueuses made in Indre et à base de matières premières naturelles (argile siliceux et sciures de bois issus de Brenne). Après avoir repris l’entreprise en août 2020 avec son mari Jean-Luc, Marijke Lesage-Van Vliet, responsable vente et marketing, a indiqué vouloir passer la vitesse supérieure en jouant la carte de l’amélioration du bilan carbone de ses clients (principalement en Allemagne et en Scandinavie) et de la réduction des coûts énergétiques grâce à ses briques au procédé de fabrication unique en Europe et capables d’isoler des fours allant jusqu’à 1 500°C. Cette nouvelle approche marketing déjà bien imprégnée en interne sera pleinement appliquée en salon lors du prochain Ceramitech en Allemagne en avril prochain.

BCPME IFB Refractories

 

Jouer le côté local et fait près de chez vous, c’est aussi le créneau d’Alexandre Guillaneuf et Diane Duméry, qui ont lancé leur imprimerie numérique fin 2021 à Châteauroux. S’appuyant les talents techniques d’Alexandre et les talents créatifs et graphiques de Diane, leur projet a découlé d’une idée née à l’issue de la période Covid. Comme un français sur dix, de nombreux Indriens avaient mis cette parenthèse de confinements à profit pour écrire le livre de vie de leur famille et cherchaient un moyen de l’imprimer sans forcément passer par les grandes plateformes d’édition en ligne. Sollicités également à de nombreuses reprises, le couple a souhaité mettre en place un système d’autoédition de qualité en Berry. Certifiée Imprim’Vert depuis ses débuts (grâce notamment au recyclage de tous ses papiers et toners), Imprim Lab se diversifiera donc désormais et proposera « des finitions sur-mesure (pelliculages mat ou brillant, ennoblissement or / argent / couleurs métalliques, vernis sélectifs) pour des tirages en petites quantités ». Une plateforme numérique, baptisée www.imprimbook.com, est en cours de réalisation et devrait même leur permettre de toucher un public plus large que l’Indre.

BCPME Imprim Lab

 

Enfin, et toujours dans le domaine de la personnalisation, Protec** va proposer avec Protec’clim, une solution innovation de caches pompes à chaleur située en extérieur, des équipements qui vont être de plus en plus souvent soumis à des événements climatiques dantesques comme l’épisode de grêle de mai 2022 dans l’Indre. Fort de son expérience dans la réalisation de mobilier urbain (rambarde de la Poste centrale de Châteauroux par exemple), la PME basée à Ardentes et représentée par Mathieu Gerbeaud est « capable de s’adapter à toutes les caractéristiques et toutes les demandes techniques pour ces caissons en acier ou en aluminium personnalisables en taille (XS, S, M, L, XL ou XXL, là où nos concurrents ne font des équipements que pour des tailles allant jusqu’au M), comme en design (3 designs, 5 coloris, finitions artistiques possibles) ».

BCPME Protec 36

 

BCPME, un dispositif qui fonctionne et qui émulsionne

 

À l’issue des pitchs des six entreprises de la 5e promotion sous les yeux des fidèles partenaires que sont Harmonie Mutuelle et la Caisse d'épargne Loire-Centre, l’accent a été porté sur les retours d’expérience des Alumni, représentants des entreprises des sessions 2019, 2020, 2021 et 2022.

 

Outre leur satisfaction quant à l’aide apportée par Business Class PME (dispositif financé par l'Europe via le FEDER), ce sont aussi des projets communs qui ont été mis à l’honneur comme ceux du sac Essentiel Berry, né de la rencontre entre La Pantoufle du Berry et Les Aromatiques du Berry (deux récipiendaires de la saison 4 qui ont créé un sac souvenirs avec des huiles de lavande et des mules d'hôtel 100 % Indre), ou le travail sur la création et la production d’un drone pour les pulvérisations agricoles porté par AMGI et So Air Tech (saison 3), avec le contrôle technique de Métrovali (saison 3 également).

BCPME Aromatiques du Berry et Pantoufle du Berry

BCPME AMGI et So Air Tech

Le réseau des Alumni fonctionne ainsi à plein, et se retrouve plusieurs fois par an, pour des ateliers after work sur des thématiques qui les concernent (économies d’énergie, management multigénérationnel…) ou des visites de sites emblématiques du territoire (CNTS…) ou d’entreprises ayant pris part à l’une des cinq promotions BCPME. Ils sont déjà prêts à faire de la place à leurs camarades de cette cinquième édition, fraîchement diplômés, pour échanger sur de nombreux sujets, voire – pourquoi pas ? – mener d’autres projets innovants en commun !

 

* En réalité, sept puisqu’Imprim Lab a été représenté par ses deux créateurs, Alexandre et Diane).

** Protec 36 fait partie du groupe Capindustries, avec Valin SA (Le Blanc), Express méca. (Diors), Ouest Signalétique Services (Vendargues, Hérault) et Ouest Industrie (Dangers, Eure-et-Loir).

Partenaires

Diplômes

Dernières actualités